*

Pour être encor sur ce transport

Qui ramenait aussi quelques femmes créoles,

Sur ce transport ayant à bord

Ces femmes, ces soldats vaincus et la variole,

 

Pour voir passer encore au bras d’un aspirant

Le flirt bronzé du capitaine

Qui portait par justesse une robe safran

Comme un drapeau de quarantaine,

 

Pour souffrir encor du vaccin,

Du mal de mer, et du passage altier des femmes,

Et pour rêver de jeunes seins

Dans l’entrepont plein du confus chaos des âmes,

 

Pour entendre chanter encor dans les agrès

Les longs alizés nostalgiques,

Pour être encor ce vacciné du Pacifique

— Tu donnerais, tu donnerais…

 

In Toi qui pâlis au nom de Vancouver (1924)

               © 2008 - 2017 - Sabine Sicaud- Webmestre Guy Rancourt - Gestion des données Anne Brunelle - Gestion informatique Robert Gastaud - Conseil