*






Nombre de visiteurs

TotalTotal690769
Facebook Image

Sans t’aimer encor, j’aime encor ta voix.

Sans me déchirer, ton regard me touche.

Mon cœur est plus vif dès que je te vois,

Je rêve aux défauts de ta belle bouche.

 

Tout de toi me plaît, mais séparément.

Tu n’es plus pour moi le plaisir suprême,

Car seul mon désir plein d’entêtement

Faisait de ton être un divin toi-même !

 

In L’Honneur de souffrir (1927)

               © 2008 - 2017 - Sabine Sicaud- Webmestre Guy Rancourt - Gestion des données Anne Brunelle - Gestion informatique Robert Gastaud - Conseil