*






Nombre de visiteurs

TotalTotal718428
Facebook Image

Cette mare, l’hiver, devient inquiétante,

Elle s’étale au loin sous le ciel bas et gris,

Sorte de poix aqueuse, horrible et clapotante,

Où trempent les cheveux des saules rabougris.

 

La lande tout autour fourmille de crevasses,

L’herbe rare y languit dans des terrains mouvants,

D’étranges végétaux s’y convulsent, vivaces,

Sous le fouet invisible et féroce des vents ;

 

Les animaux transis, que la rafale assiège,

Y râlent sur des lits de fange et de verglas,

Et les corbeaux — milliers de points noirs sur la neige –

Les effleurent du bec en croassant leur glas.

 

Mais la lande, l’été, comme une tôle ardente,

Rutile en ondoyant sous un tel brasier bleu,

Que l’arbre, la bergère et la bête rôdante

Aspirent dans l’air lourd des effluves de feu.

 

Pourtant, jamais la mare aux ajoncs fantastiques

Ne tarit. Vert miroir tout encadré de fleurs

Et d’un fourmillement de plantes aquatiques,

Elle est rasée alors par les merles siffleurs.

 

Aux saules, aux gazons que la chaleur tourmente,

Elle offre l’éventail de son humidité,

Et, riant à l’azur, — limpidité dormante, —

Elle s’épanouit comme un lac enchanté.

 

Or, plus que les brebis, vaguant toutes fluettes

Dans la profondeur chaude et claire du lointain,

Plus que les papillons, fleurs aux ailes muettes,

Qui s’envolent dans l’air au lever du matin,

 

Plus que l’Ève des champs, fileuse de quenouilles,

Ce qui m’attire alors sur le vallon joyeux,

C’est que la grande mare est pleine de grenouilles,

— Bon petit peuple vert qui réjouit mes yeux. —

 

Les unes : père, mère, enfant mâle et femelle,

Lasses de l’eau vaseuse à force de plongeons,

Par sauts précipités, grouillantes, pêle-mêle,

Friandes de soleil, s’élancent hors des joncs ;

 

Elles s’en vont au loin s’accroupir sur les pierres,

Sur les champignons plats, sur les bosses des troncs,

Et clignotent bientôt leurs petites paupières

Dans un nimbe endormeur et bleu de moucherons.

 

Émeraude vivante au sein des herbes rousses,

Chacune luit en paix sous le midi brûlant ;

Leur respiration a des lenteurs si douces

Qu’à peine on voit bouger leur petit goître blanc.

 

Elles sont là, sans bruit rêvassant par centaines,

S’enivrant au soleil de leur sécurité ;

Un scarabée errant du bout de ses antennes

Fait tressaillir parfois leur immobilité.

 

La vipère et l’enfant — deux venins ! — sont pour elles

Un plus mortel danger que le pied lourd des bœufs :

À leur approche, avec des bonds de sauterelles,

Je les vois se ruer à leurs gîtes bourbeux ;

 

Les autres que sur l’herbe un bruit laisse éperdues,

Ou qui préfèrent l’onde au sol poudreux et dur,

À la surface, aux bords, les pattes étendues,

Inertes hument l’air, le soleil et l’azur.

 

Ces reptiles mignons qui sont, malgré leur forme,

Poissons dans les marais, et sur la terre oiseaux,

Sautillent à mes pieds, que j’erre ou que je dorme,

Sur le bord de l’étang troué par leurs museaux.

 

Je suis le familier de ces bêtes peureuses

À ce point que, sur l’herbe et dans l’eau, sans émoi,

Dans la saison du frai qui les rend langoureuses,

Elles viennent s’unir et s’aimer devant moi.

 

Et près d’elles, toujours, le mal qui me torture,

L’ennui, — sombre veilleur, — dans la mare s’endort ;

Et, ravi, je savoure une ode à la nature

Dans l’humble fixité de leurs yeux cerclés d’or.

 

Et tout rit : ce n’est plus le corbeau qui croasse

Son hymne sépulcral aux charognes d’hiver :

Sur la lande aujourd’hui la grenouille coasse,

— Bruit monotone et gai claquant sous le ciel clair.

 

In Dans les brandes, X (1877)

               © 2008 - 2021 - Sabine Sicaud- Webmestre Guy Rancourt - Gestion des données Anne Brunelle - Gestion informatique Robert Gastaud - Conseil