*
Pour G. J. 1

 

Maison plantée sur le sable

comme un sapin dans le vent

maison vibrante du chant

et des plaintes de la mer.

Maison plantée sur le sable

bruissante d'or au midi

si livide au clair de lune

et si sanglante au levant.

C'est le vert dansant des vagues

qui t'a servi de carreaux

et les pattes si savantes

des araignées douces du sable

tissent la soie de tes rideaux

que le soleil brode d'or.

Quand chaque été me ramène dans tes bras

vieille maison

l'odeur des étés finis

me saisit dans ses mains lourdes

qui sentent le crabe mort,

le caoutchouc des sandales

oubliées dans le placard,

ce petit four crématoire

de tant de rêves oubliés

qu'on appelle cendrier

et l'odeur de déjà plus

des chardons décolorés,

odeur tu es la présence

que je reviens chercher là

et tu coules sur ma peau

comme le poids de deux bras.

 

1 Pour Gisèle Julliard, épouse de René Julliard,
l'éditeur de Minou Drouet [ Guy Rancourt ]

               © 2008 - 2017 - Sabine Sicaud- Webmestre Guy Rancourt - Gestion des données Anne Brunelle - Gestion informatique Robert Gastaud - Conseil