*

"L'allée des iris", poème de Guy Rancourt (2018)

 

L’allée des iris ?
Où ai-je vu cette allée de fleurs azurées ?
Dans les beaux jardins de Monsieur Monet à Giverny ?
Non !
Peut-être dans l’Italie des Caravage et Michel-Ange
aux Jardins Boboli à Florence et à ceux de Tivoli ?
Non et non, je ne crois pas.
Ma mémoire me joue des tours
depuis que je suis enfermée dans ma chambre
dans ma tour d’ivoire
avec comme seules compagnes la maladie et la douleur.

L’allée des iris ?
Où ai-je donc vu cette allée de fleurs bleutées ?
Dans les beaux jardins anglais ou hollandais ?
Non !
Peut-être en pays basque chez Monsieur Rostand
à la Villa Arnaga que nous avions visitée avec mes parents jadis ?
Pourtant j’en garderais un souvenir vivace…

L’allée des iris ?
Eurêka ! Ça y est ! Je m’en rappelle !
C’est ici-même à La Solitude
tout près de l’allée aux bambous
là où Fafou mon chat se cachait sous leurs feuillages
pour mieux attraper mulots ou bruants.
Même Dickette s’y aventurait pour donner la chasse aux intrus.

L’allée des iris ?
Allée si discrète parmi toute cette végétation luxuriante !
Et tous ces bleus, et tous ces mauves, et tous ces violets !
Je me souviens d’avoir demandé un jour à Filliou
si le Ciel avait autant de bleus que dans notre petit sentier coloré.
« Non mon ange, je ne crois pas ! » m’avait-elle répondu.
« Soit alors maman, mais c’est sûrement le chemin qui mène au Paradis
car le chemin de Dieu peut être si modeste ! »
Quoi répondre devant tant de sagesse sortant de la bouche
d’une si jeune enfant ?
Rien, absolument rien !

 

Note sur la genèse du poème.


Le site : https://www.sabine-sicaud.com/ m'a demandé à la retraite plus de 5 années de travail et qui aurait pu imaginer qu'après dix ans d'existence, ce site atteindrait le demi-million de lectures ! Le seul regret, c'est de ne pas avoir pu trouver un de ses poèmes "L'allée des iris" que Sabine avait écrit à onze ans et qu'elle avait soumis au Concours "Le Jasmin d'Argent" de 1924 avec un autre poème "Le petit cèpe" qui gagna la Deuxième Médaille d'Argent cette année-là. Pourtant j'ai fouillé et épluché les grandes bibliothèques européennes et nord-américaines, sans résultat.
Je m'étais proposé d'écrire un poème-hommage pour le 90e anniversaire de la seule publication de son vivant en 1926 "Poèmes d'enfant" d'un poème qui porterait le même titre et qui recréerait son univers à "La Solitude" à Villeneuve-sur-Lot. La photo qui devait coiffer le poème était tirée d'une allée d'iris du célèbre jardin de l'artiste Claude Monet à Giverny.
Deux années se sont écoulées depuis lors, je crois pouvoir enfin mettre le point final à la réécriture de ce poème disparu à tout jamais.
Ai-je été à la hauteur de cette tâche ? Dieu seul le sait et peut-être aussi la petite Sabine ?!

L'original de ce poème est précédé d'un prologue où le poète discute avec la petite Sabine sur la difficulté de la réécriture de ce poème. Je n'ai pas cru bon de l'insérer dans ce poème-hommage.

               © 2008 - 2017 - Sabine Sicaud- Webmestre Guy Rancourt - Gestion des données Anne Brunelle - Gestion informatique Robert Gastaud - Conseil